2013_RentreeSceaux_12_thumbObsolescence…Hippocampe-poignetG

                   Une vraie question…

       Lors d’un stage à Vincennes, dans la partie post-entrainement-vestiaire, un des bons pratiquants présents, me regardait, me toisait de la tête aux pieds. Voyant mon regard interrogateur, il me dit : « … au moins toi, tu n’es pas équipé de l’obsolescence programmée… ». Je ris beaucoup, parce que j’avais décelé une forme de compliment.

        L’idée me trotta dans la tête. Rentré chez moi, je me posais la question plus sérieusement. Un être humain peut-il être équipé de l’obsolescence programmée ?

Un être de chair peut-il, à l’instar d’une machine, s’arrêter en plein fonctionnement ? stopper une partie de lui-même et continuer sur d’autres ? s’auto lobotomiser ?…

Je restais méditatif… mais me revint en mémoire une anecdote survenue lors d’un de mes stages.

C’était à Sète… : je proposais une progression sur Tenchi Nage. D’abord sur une saisie simple, une simple poussée, puis plus profonde avec sumi otoshi et Tenchi proprement dit. Ensuite avec une double saisie : une ouverture avec Shikaku, un échange des mains et une glissade sur l’axe pour amener le partenaire sur un doigt de pied…

Néanmoins, tout au long de la pratique, je remarquais un pratiquant qui depuis le début ne tenait absolument aucun compte de mes interventions et encore moins de la progression proposée.

Je m’approchais, et lui fis remarquer : « Si je peux me permettre, ce que tu fais depuis le début, n’est pas du tout ce que j’ai demandé… ». À ma grande stupéfaction, il me fit une réponse qui me laissa sans voix : « … ouais, je sais… mais ici, on ne pratique pas comme ça… nous, on nous apprend pas ces trucs là… » Hha !

Je me suis renseigné alors. Qui est-il ? le prof local me dit : « Ah oui… Il a quarante ans… il est quatrième Dan… »

         Alors, il se pourrait… que certains… s’auto-équipent d’un système mental qui s’apparente à « l’obsolescence programmée ».

Merci à Seye Sensei pour la méditation…

             Les mouvements d’Aïkido sont préexistants dans l’Homme.H 2

Ö Sensei a mit en évidence le caractère universel de L’Aïkido. De par ce fait, il n’est plus « japonais », mais humain.

Une question se pose : existe-t-il un vestiaire propre à un art martial ?

La réponse est non…

Par contre, chaque société possède son code vestimentaire. Est-il nécessaire d’observer le code vestimentaire du pays d’origine de l’art martial pratiqué ?

La réponse est non…

N’importe quel art martial peut être pratiqué en complet veston. Il se trouve juste, que certains vêtements sont moins fragiles que d’autres, et risquent moins la détérioration due à une pratique intense.

      Keikogi et Hakama ne sont que de simples pièces vestimentaires portées quotidiennement au japon.

Tradition, direz-vous !? Quelle tradition ?

Les traditions orientales sont complexes. La majorité des pratiquants d’art martiaux, ne les connaissent pas.  

          Depuis environ un siècle, l’attrait de la mythique « ceinture noire », a faussé beaucoup de notions. La ceinture n’est pourtant utile qu’à tenir fermé le Keikogi. De plus, les pratiquants d’arts martiaux japonais n’étant globalement pas riches, au bout de quelques années de pratique, la ceinture, blanche au départ, devenait franchement « grise »… Elle devint noire par la suite pour distinguer les pratiquants avancés.

Aujourd’hui, c’est au tour du Hakama de faire l’objet d’un attrait irraisonné.

De l’information même du responsable des relations internationales de l’AïkiKaï, TANI Sensei, le Hakama est donné aux yudansha, mais aussi selon l’appréciation du Sensei local, et accordé automatiquement aux femmes lors de leur première pratique.    

Certains utilisent le Hakama comme une carotte, s’en servant comme d’un objet promotionnel accordé aux plus dociles.

             Le dommage, c’est que beaucoup confondent prestige de l’uniforme et Budo, qui est recherche, impliquant l’ensemble de la personne en vue d’une métamorphose. Non un bal masqué…

YAROu Sensei

Hippocampe Sensei
osensei075  
         NEN est le trait d’union entre « l’entité » KI-esprit-corps qu’est l’humain, et le KI de l’univers.

                   « … Ce corps, tel que l’univers l’a créé, est la représentation concrète de l’union du physique et du spirituel. Il respire l’essence subtile de l’Univers pour ne plus faire qu’un avec lui et la pratique n’est alors que le moyen de se réaliser sur le chemin de la vie…

…Pour appréhender les mouvements imperceptibles du KI au travers du NEN, il faut comprendre que la partie gauche du corps est la base de l’art martial et la partie droite, l’endroit où le KI de l’Univers se manifeste…

… Il n’y a pas d’ennemi pour le Ueshiba de l’aïkido. Vous vous trompez si vous pensez que le budô signifie avoir des adversaires, être fort et les vaincre. Il n’y a ni adversaire ni ennemi dans le vrai budô. Le vrai budô c’est ne faire qu’un avec l’Univers, c’est-à-dire être uni au centre de l’univers… 

… Toutes les formes physiques de l’existence, lorsqu’elles s’animent dans l’esprit, respirent en conjonction avec l’Univers ; leur souffle se détend en cercles de plus en plus larges, connectant chaque individu et tous les individus au souffle cosmique de la vie…

… j’ai forgé mon corps en pratiquant le budô, et lorsque j’ai finalement accédé aux confins des enseignements de la vois du guerrier, j’ai pris conscience d’une vérité plus grande encore. Au travers du budô, j’ai appréhendé l’essence de l’Univers et comprendre que l’esprit, le corps et le Ki devaient être unifiés pour que l’être humain puisse s’harmoniser avec le fonctionnement de l’Univers. C’est le flux subtil du Ki qui permet à l’esprit et au corps de s’harmoniser et à ’homme de connaître enfin l’harmonie avec l’Univers.

   Le fonctionnement divin du Ki nait des variations subtiles de la respiration ; tel est le principe générateur. C’est le principe essentiel de l’amour qui manifeste la valeur martiale. La respiration ’active et se lie au Ki primordial de l’Univers, générant la force vitale,  puis la force d’harmonisation qui transforme l’Univers…(…) … telle est la subtile interaction de l’aïki et le premier pas sur le chemin de la voie… »

 

         Ce discours peut paraître grandiloquent ou mégalomane…

Cependant, si l’on compare les structures vivantes ou les anatomies du cosmos à l’homme, en passant par le système solaire, on voit bien les analogies ou les correspondances entre eux, et l’homme, ne peut qu’être un élément  de la création, un pur produit de l’Univers…

Il ne peut donc s’agir que d’une grande lucidité et d’une profonde humilité de la part de Ô Sensei Morihei.