Ô Sensei - seiganL’ épéeH 1G

     « La Voie de Aïki et la Voie de l’épée sont intimement liées au niveau des principes de base, des mouvements et des méthodes. En apparence, elles semblent radicalement différentes dans la mesure où l’Aïkido se pratique à mains nues tandis que l’art de l’épée utilise une arme. Mais si l’on dépasse la surface des choses de nombreux points communs peuvent être notés. » Ô Sensei Morihei

         Tout essai de synthèse concernant la création de Ô Sensei devra donc intégrer la donnée essentielle que représente cette filiation. Plus encore, les postures, les déplacements, la garde, le placement du regard et de nombreuses actions sont, en Aïki, celles d’un homme armé d’une épée. Bien qu’elle soit légèrement différente, la distance, ma-aï a tout autant d’importance dans notre discipline que dans une école de sabre. Comme l’écrit un peu plus loin le Ni Doshu :

«…il n’est pas possible d’établir une équivalence précise entre l’Aïki et l’art du sabre… mais leurs principes de base, leurs mouvements et leurs méthodes ont beaucoup de points communs. Les similitudes ne sont pas le fait du hasard, car Maître Ueshiba a clairement manifesté l’intention, dès le début, d’utiliser les avantages qu’il trouvait à l’escrime, et a consacré un temps et une énergie considérables afin de les incorporer dans l’Aïki. »

              Le style Kashima Shin Ryu semble réunir les caractéristiques et les similitudes qui existent entre le KenJutsu et l’Aïki.

Il est important de comprendre maintenant la filiation juste.

Au cours de ses recherches, Ô Sensei fut amené à pratiquer dans beaucoup d’écoles  de jūjutsu et de kenjutsu différentes. Il a donc intégré dans son Aïkido certains principes issus du sabre, comme le note Ni Doshu.

Les applications que présentait Ô Sensei furent ensuite regroupées par Morihiro Saito Sensei sous le nom de AïkiKen.

Il devient évident que si l’AïkiKen est issus de l’Aïkido, l’Aïkido est issu du Kenjutsu.

Kenjutsu   >   Aïkido   >   AïkiKen

KASHIMA SHINRYU

          Kashima  Kashima-Shinryu,est une école d’arts martiaux japonais âgée d’environ 5 siècles ( koryu ).

Les techniques furent formalisées par trois samouraïs : MATSUMOTO Bizen-no-kami Ki no Masamoto, KUNII Genpachiro Kagetsugu et KAMIIZUMI Ise-no-kami Fujiwara no Hidetsuna, en s’inspirant principalement des techniques du style appelé « l’épée de Kashima » ainsi que de leurs expériences sur les champs de bataille.

         Le nom Kashima provient du nom du temple et de la ville où le style fut créé, situé dans la province d’Ibaraki, au bord du Pacifique, à l’est de Tôkyô. Shinryû peut être traduit par « style divin » et signifie que les principes de l’école furent inspirés par la déité célébrée dans le temple Shinto de Kashima : Takemikazuchi no Mikoto.

Koryu est un mot qui se traduit littéralement  par « vieille école » ou « école traditionnelle ». Koryu est un terme général pour les écoles d’arts martiaux japonais qui datent d’avant la restauration Meiji ( 1866 à 1869 ) .

         Bien qu’il n’existe pas de date officielle, les dates les plus couramment utilisées sont, soit 1868, la première année de l’ère Meiji , soit 1876, lorsque l’édit Haitorei interdisant le port des épées a été prononcé.

         L’art était un peu popularisée au 20e siècle par Kunii Zen’ya ( 1894-1966 ), la 18e génération Soke ( directeur ). L’actuel « Soke » est la 21ème génération Masakatsu Kunii . La ligne est toujours dirigée par la famille Kunii mais elle est plus ou moins honorifique. La responsabilité de la préservation et l’enseignement de la ryu est instillée dans un Shihanke – « maison des instructeurs » – actuellement représentée par Seki Humitake. 

         Kashima-Shinryu comprend : kenjutsu, battojutsu , jojutsu , jujutsu , kusarigama , et plusieurs autres compétences.

Kashima-Shinryu peut être étudiée non seulement au Japon mais aussi aux États-Unis. En Europe, Kashima-Shinryu est enseigné à Francfort, Helsinki, Ljubljana, Tampere et Paris.

Kashima-Shinryu ne doit pas être confondue avec d’autres koryu japonais avec un nom similaire, Kashima Shinto-ryu et Kashima Shinden-ryu Jikishinkage, par exemple.

         De par sa nature, l’école Kashima shin ryu peut être pratiquée par tous, sans distinction. Le Ken jutsu, discipline éducative par excellence permet de s’exprimer pleinement. De l’initiation aux entraînements avancés, la maîtrise du corps, le rythme, l’attitude, la coordination des mouvements et les déplacements dans l’espace sont enseignés tout au long de la progression des pratiquants. C’est la découverte de principes techniques, dynamiques, de contact et d’équilibre.

          A partir de 15 ans, les adolescents seront intégrés aux cours adultes. Le ken Jutsu répond aux objectifs généraux de la pratique d’une discipline martiale pour personnes de tous âges.

         Kashima Shinryu est enseigné au Dojo du Shiseikan qui a été fondé au Temple Meiji à Tokyo. Le Sanctuaire Meiji a été construit en 1920 en mémoire de l’empereur Meiji et l’impératrice Shoken.

Cette période de transition est aussi le symbole de l’ouverture au monde extérieur, et de la cohabitation entre tradition et modernité. Kashima Shin ryu est l’une des plus anciennes écoles d’arts martiaux basée sur le Kenjutsu. Elle puise ses racines au cœur du Japon médiéval et de la tradition japonaise Cette école, qui a plusieurs siècles d’âge, a été redynamisée par l’enseignement de Maître Kunii Zen’ya, 18 ème chef de file de Kashima Shin ryu, et qui mourut en 1966. Inaba Senseï a été l’élève direct de Maître Kunii Zen’ya

Inaba Sensei       Inaba Senseï est l’actuel chef de file du Shiseikan, où il enseigne à la fois le Kenjutsu et l’Aïkido. Inaba Senseï participe au rayonnement de la pratique du Kenjutsu en animant tous les ans un stage international d’une semaine en Europe. Le Shiseikan, a des liens étroits avec l’Université de Tokyo. Souffle de spiritualité, l’enseignement d’Inaba Senseï ne s’arrête pas à la technique mais élève à d’autres dimensions…
Entraînement des Kata : Les kata de Kashima shin ryu se déroulent selon la méthode traditionnelle de pratique par deux. Ces exercices de préparation sont effectués de façon la plus réaliste possible afin Sensei Inabade permettre aux pratiquants d’acquérir les principes de base. Par la suite, ils pourront être employés plus librement sans se cantonner à des formes rigides prédéterminées telles que rythmes constants, séquences, positions… Pour cette raison, les entraînements avancés de Kashima shin ryu sont considérés comme des schémas flexibles et non une suite de mouvements rigides.

MI 1Kashima Shinryu est composé de cinq « kata », eux mêmes composés de figures, en plus ou moins grand nombre.
KIHON TACHI, comprend cinq figures qui sont les bases absolues de l’école Kashima. Celles-ci représentent le répertoire de toutes les situations et attitudes possibles dans la situation de deux combattants sabres dégainés. Voir  » Kenjutsu  » dans la rubrique : Publications.
Ces exercices consistent en duels à distance rapprochée ( tachi ai ) qui permettent d’internaliser le but ultime ( gokui ) de « épée, esprit, corps : 3 en tant qu’un » ( ken-shin-tai sanmi ittai ). Ils sont toujours effectués avec des bokuto ( épée d’entraînement en bois ). Ces exercices sont les premières techniques apprises dès que quelqu’un rejoint Kashima-Shinryû, et sont les techniques que tout membre, qu’importe son niveau, pratique au début de chaque entraînement. Bien que d’apparence simple, ils consistent en l’essence même de toutes les techniques de Kashima-Shinryû. Ainsi, même en ayant suivi assidûment l’entraînement aux arts martiaux pendant 10 ou 20 ans, il est toujours impossible d’épuiser toutes les implications cachées dans le fond de Kihon Tachi.
Les figures se déroulent selon la méthode traditionnelle. Ces exercices de préparation sont effectués de façon la plus réaliste possible afin de permettre aux pratiquants d’acquérir les principes de base.
Pour plus d’intensité, les pratiquants emploient souvent des fukuro shinai, c’est-à-dire des shinai recouverts de cuir.
Par la suite, les figures pourront être employés plus librement sans se Inabacantonner à des formes rigides prédéterminées, telles que rythmes constants, séquences, positions… Pour cette raison, les entraînements avancés de Kashima shin ryu sont considérés comme des schémas flexibles et non une suite de mouvements rigides.
Inryu est enseigné au Dojô du Shiseikan qui a été fondé au Temple Meiji à Tokyo.
Cette période de transition est aussi le symbole de l’ouverture au monde extérieur, et de la cohabitation entre tradition et modernité. Kashima Shin ryu est l’une des plus anciennes écoles d’arts martiaux basée sur le Kenjutsu. Elle puise ses racines au coeur du Japon médiéval et de la tradition japonaise Cette école, qui a plusieurs siècles d’âge, a été redynamisée par l’enseignement de Maître Kunii Zen’ya, 18 ème chef de file de Kashima Shin ryu, et qui mourut en 1966. Inaba Senseï a été l’élève direct de Maître Kunii Zen’ya

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *